Parasites

Les mouches appartiennent à l'ordre des diptères, insectes à cycle complet de métamorphose. Il en existe de nombreuses espèces.

1 - La mouche domestique 

(Musca domestica)

Mouche domestique 

     

Physiologie

Espèce la plus fréquente sous nos latitudes, et la plus rencontrée dans les habitations, elle est devenue commensale de l'homme. Les adultes mesurent 6 mm de long et ont 12 mm d'envergure. Le thorax gris présente 4 nervures longitudinales foncées. L'abdomen présente une première moitié couleur chamois, parfois transparente sur les côtés, avec nervure centrale foncée, s'élargissant pour couvrir les derniers segments. Au repos, les ailes restent déployées.

Reproduction et croissance

Dans les climats chauds, la mouche domestique reste active et se reproduit toute l'année. Jusqu'à 12 générations peuvent éclore en une saison, parfois plus en climat tropical. Dans les régions froides, les naissances s'interrompent en hiver. Les imagos hivernent dans des recoins calmes et plutôt frais, les pupes peuvent se mettre en diapause jusqu'au printemps. La femelle pond de 900 à 1000 oeufs en 4 à 5 fois. Les larves, appelées asticots, sont pondues et vivent dans le fumier, les déchets alimentaires, les ordures ménagères, toutes matières organiques en décomposition dont elles se nourrissent. Dans ces milieux, le phénomène de fermentation dégage une chaleur qui favorise l'incubation de l'oeuf et le développement de la larve (température idéale 45 à 50°C) Les asticots qui craignent la lumière y restent profondément enfouis, y accomplissant 3 mues. Dans des conditions favorables (30°C et plus de 75% de taux d'hygrométrie) le cycle de développement ne prend que 7 jours (10 en moyenne) la durée d'incubation est de 8 à 48 heures, selon conditions extérieures.

La mouche vit quelques semaines (1 à 2 mois au plus) sauf lorsqu'elle est amenée à hiverner.

Habitat

Elle présente un rayon d'action impressionnant, jusqu'à 8 km, ses lieux de prédilection sont, outre le milieu rural, les habitations, les locaux éclairés, les poubelles, les dépôts d'ordures, les égouts, les fosses septiques, les marchés. Elle aime la chaleur, le soleil et l'humidité, et déteste le vent. Par grand vent elle se pose dans un recoin abrité. Elle vole fréquemment autour des points d'éclairage, portes, fenêtres et baies vitrées.

Nuisances

La mouche domestique importune animaux et personnes, non seulement dans les maisons et étables, mais aussi dans les maisons de retraite, les crèches, les hôpitaux. Elle peut provoquer des infestations majeures très perturbatrices autour des élevages, des décharges.

Quelques minuscules invertébrés (acariens, pseudoscorpions...) peuvent s'accrocher à ses poils et être véhiculés, mais sans risques de s'implanter dans notre habitat car, trop inféodés à leur milieu d'origine, ils cherchent à y retourner (sauf bien sûr s'ils rencontrent un terrain favorable, d'où l'importance de l'hygiène).

La mouche domestique peut transmettre des vers intestinaux ou leurs oeufs, et des maladies graves (dysenterie, choléra, typhoïde, gastro-entérite, tuberculose)

Elle se pose sur nos aliments après avoir été en contact avec moisissures et matières en décomposition. Elle liquéfie sa nourriture en régurgitant des sucs digestifs et le contenu de son estomac sur la substance alimentaire, puis aspire ce liquide par son appareil buccal suceur. Elle peut ainsi nous transmettre ses endogermes.

La transmission de germes pathogènes peut également s'effectuer par ses déjections.

    2 - La petite mouche domestique

      (Fannia canicularis)

L'adulte a 4 à 6 mm de long, 12 mm d'envergure et ressemble beaucoup à la mouche domestique. Les oeufs sont pondus sur des matières en putréfaction très humides (fumiers frais, ordures très liquides....) et dans les siphons d'évier, de toilettes et douches. On la trouve fréquemment dans les élevages de volailles, les chenils, au nid de petits mammifères. Dans les climats chauds, elle reste active et se reproduit toute l'année. Dans les pays tempérés, elle passe essentielle ment l'hiver à l'état de pupe, quelques adultes hivernant dans l'habitat.

Son vol est plus erratique que celui de la mouche domestique, elle passe plus de temps en vol, et moins au repos. Les femelles ont tendance à demeurer à proximité des lieux de développement, seul le mâle migre.

C'est pourquoi, même si ses habitudes alimentaires sont les mêmes que celles de la mouche domestique, elle est moins susceptible de transmettre des pathologies à l'homme.

  3 - La mouche de terme ou mouche d'automne

      (Musca a utomnalis)

Très proche parente de la mouche domestique, elle vit 2 mois, accomplissant son cycle en 21 jours (de l'oeuf fraîchement pondu à l'apparition de l'imago) Elle dépose ses oeufs sur les bouses de vache, les excréments et le fumier. Les imagos vivent avec le bétail aux prés et ne pénètrent les habitations qu'en automne pour y passer l'hiver dans des endroits frais (dépendances et combles, pièces vides...) Elle se met alors à l'abri dans des recoins et fissures et hiverne, engourdie. Elle reprend son activité au printemps, voire en plein hiver si l'endroit est réchauffé.

   4 - La mouche des greniers

      (Pollenia rudis)

Longue de 6 à 10 mm, elle est trapue, grisâtre et ressemble à une grosse mouche domestique qui présenterait une pilosité jaune sur le thorax. Elle peut former des attroupements de plusieurs milliers d'individus autour des points d'éclairage.

Les adultes se nourrissent du nectar des fleurs, et ne recherchent pas de denrées alimentaires dans les maisons.

Elles regagnent nos habitats à la fin de l'automne pour hiverner. On les repère d'abord exposées au soleil sur les murs, en groupe. A l'approche de l'hiver, toujours regroupées, elles gagnent des endroits frais, dépendances, combles et greniers qu'elles fréquentent alors de manière intermittente, ressortant pendant les heures ensoleillées. En cas de redoux (dans une maison secondaire chauffée pour les congés d'hiver par exemple) elles auront tendance à ressortir et se comportent alors comme en automne. Elles sont très attachées à un site.

La femelle pond ses oeufs sur le sol, dans les tortillons rejetés par les lombrics, et les larves pénètrent les vers de terre à l'intérieur desquels elles vivent en parasite.

     5 - La mouche charbonneuse ou mouche des étables

      Stomoxe (Stomoxis calcitrans)

Elle est hématophage et se nourrit du sang des bovins, porcs et lapins auxquels elle peut inoculer des germes, dont celui du charbon, et peut s'attaquer à d'autres animaux à sang chaud dont l'homme. Elle fréquente essentiellement les étables, porcheries et clapiers et trouve dans un proche voisinage les tas de fumier où elle dépose ses oeufs.

  6 - La mouche bleue de la viande

      (Galliphora erythrocephala)

Très grosse mouche vivant sur des charognes, pouvant également se nourrir d'aliments tels les viandes et fromages.

   7 - La mouche grise de la viande ou mouche à damier

      (Sarcophaga carnaria)

Grosse mouche de 7 à 16 mm qui pond ses oeufs sur des charognes à l'intérieur des maisons ou en industries (abattoirs) Aujourd'hui rare, du fait des mesures d'hygiène et de protection.
Les mouches de l'asperge, de la carotte, de la cerise, du chou, des crucifères, des fruits, des narcisses, déposent leurs oeufs sur cet hôte dont la larve se nourrit exclusivement.
La mouche du vinaigre (Drosophila funebris) de la famille des drosophyles elle mesure 2 mm, est de couleur brun jaune et se nourrit de toute nourriture à l'intérieur des maisons, dont les sauces piquantes, fruits avariés, résidus d'huile, de vin et de vinaigre dans des conditions favorables, elle peut boucler son cycle de vie en 10 jours.
La mouche du fromage (Phiophila case,) ne dépose ses oeufs que dans des fromages, la nourriture des larves étant très inféodée à la caséine (substance protéique du lait des mammifères) Elle se fait rare du fait des mesures de protection et d'hygiène, ménagère (réfrigérateur) ou industrielles (crémeries, fromageries...)
On rencontre fréquemment diverses espèces de moucherons:
· de la famille des mycétophilidés vivant sur les champignons
· de la famille des sciaridés que l'on trouve dans la terre des pots de fleurs
Certains insectes non diptères reçoivent aussi le nom de mouche, ainsi la mouche aux yeux d'or, insecte névroptère attiré dans les maisons par la lumière.

 Extrait du Guide pratique de l'applicateur - Gilles Prisse - Editions PC Media

Nos agences

  • Bretagne Ouest (siège social)

Plouvorn 29420 Tél 02 98 61 04 34

  • Loire Atlantique

DERVAL 44590 Tél 02 40 55 49 42

  • Centre Bretagne

LOUDEAC 22600 Tél 02 96 66 44 83

  • Normandie

SAINT LO 50000  Tél 02 33 77 05 38

Intervention dans tout le grand ouest

Devis gratuit